Menu

Normes volontaires de durabilité

Que sont les normes volontaires de durabilité (NVD) ?

Selon le Forum des Nations unies sur les normes de durabilité (UNFSS), les VSS sont des normes qui fixent divers paramètres de durabilité pour les producteurs, les négociants, les fabricants, les détaillants ou les prestataires de services, notamment : le respect des droits de l’homme, la santé et la sécurité des travailleurs, la conversation environnementale, les relations avec la communauté, l’utilisation et la planification des terres, etc. Comme les normes, les VSS sont le résultat d’un consensus entre les experts du secteur sur les directives techniques et les meilleures pratiques permettant aux entreprises de gérer leurs processus, leurs opérations et leurs relations avec les parties prenantes. Comme le souligne la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED), les SVC sont pour la plupart conçus par des organisations non gouvernementales ou des entreprises privées et véhiculent un ensemble de normes pour les produits, les processus et les méthodes de production afin d’intégrer les dimensions économiques, sociales et environnementales de la durabilité. Lorsqu’on parle de VSS, les termes « normes », « certifications » et « labels » peuvent être utilisés de manière interchangeable. Mais il est important de s’approcher du bon terme lors de la conception, de la commercialisation et du suivi des VSS. Pour plus d’informations, les normes volontaires de durabilité de l’UNFSS fournissent des aspects plus analytiques des termes liés aux VSS qui peuvent être impliqués dans les processus d’élaboration des politiques.

Quels types de VSS existent?

Les SVV peuvent être de différents types selon les secteurs, les sujets, les processus de production et les mécanismes de gouvernance sur lesquels ils se concentrent. Les VSS sont pour la plupart régis par des acteurs non étatiques, notamment des entreprises, des associations industrielles et des organisations à but non lucratif. Ils conçoivent des normes bien connues telles que GlobalGap, un programme d’assurance agricole, ou les normes du commerce équitable qui certifient que les producteurs et les négociants respectent une série de critères économiques, environnementaux et sociaux dans leurs pratiques commerciales. Des organismes publics tels que le ministère américain de l’agriculture (USDA) élaborent également des normes, notamment pour certifier que les produits sont biologiques. D’autres normes sont le résultat d’initiatives multipartites, notamment le Forest Stewardship Council (FSC) et la Roundtable on Sustainable Palm Oil (RSPO). La Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED) propose un résumé des types de normes de durabilité volontaires dans son Cadre pour la boîte à outils d’évaluation des normes de durabilité volontaires.

Pourquoi les SVV sont-ils importants pour que les entreprises puissent commercer et contribuer au développement durable ?

Avec plus de 500 VSS existants, les parties prenantes des secteurs public et privé accordent une attention croissante aux pratiques de durabilité qui permettent aux entreprises et aux acteurs de la chaîne d’approvisionnement de s’engager dans le commerce international et de favoriser le développement durable. La CNUCED et l’UNFSS ont analysé une série de canaux par lesquels les entreprises adoptant le SVC peuvent saisir des opportunités d’accès au marché en adoptant des pratiques de durabilité dans leurs opérations commerciales et leurs relations avec la chaîne d’approvisionnement. Par exemple, les entreprises qui investissent dans des technologies de réduction des dommages environnementaux et qui améliorent les salaires de subsistance des travailleurs obtiennent des certifications de durabilité qui leur permettent de pratiquer des prix plus élevés sur des marchés plus lucratifs. Des liens comme celui-ci démontrent l’effet potentiel que peut avoir le VSS pour que les entreprises s’engagent dans le commerce et contribuent au développement durable. D’autres exemples et analyses ont été documentés dans Better Trade for Sustainable Development de la CNUCED et dans Voluntary Sustainability Standards, Trade and Sustainable Development de l’UNFSS.

Comment les décideurs politiques peuvent-ils aider les petites entreprises à adopter le SVC ?

Si l’adoption des SVV et l’obtention des certifications correspondantes offrent des avantages potentiels en termes de commerce et de développement durable, elle représente souvent des défis pour les petites entreprises. En fonction de la nature du VSS et des systèmes de certification connexes, les petites entreprises peuvent être confrontées à d’importants problèmes de conformité, à des pénuries de compétences et à des ressources limitées qui rendent le processus de certification coûteux. Ces difficultés sont aggravées pour les petites entreprises des pays en développement qui ne disposent pas des institutions, de l’assistance technique et des réglementations politiques adéquates pour soutenir la certification de la durabilité des entreprises. Comme point de départ pour identifier les domaines politiques dans lesquels les petites entreprises ont besoin de soutien, l’ITC, dans son rapport Perspectives de compétitivité des PME 2016, a présenté un plan d’action en cinq points visant à aider les SVV à travailler pour les petites entreprises afin qu’elles participent davantage au commerce. Le plan d’action comprend : a) Faciliter l’accès à l’information ; b) Permettre aux entreprises de se conformer aux normes techniques ; c) Soutien de l’infrastructure technique ; d) renforcer la gouvernance nationale ; et e) Tirer parti des mécanismes internationaux de facilitation des échanges.

Où puis-je accéder à des ressources sur les cadres politiques, les lignes directrices et les outils ?

  • Le centre de connaissances de FOLU : La Coalition pour l’alimentation et l’utilisation des terres (FOLU) intègre des recherches et des analyses sur la transformation de l’alimentation et de l’utilisation des terres provenant de multiples organisations, que les décideurs peuvent utiliser pour concevoir des politiques visant à soutenir la transition des entreprises vers des systèmes durables. Visitez ce site web FOLU.
  • Cours du BIT sur la productivité des PME pour les décideurs politiques : Le Bureau international du travail (BIT) propose ce cours de formation pour renforcer les compétences en matière d’analyse politique nécessaires à la conception de politiques visant à améliorer la productivité et les conditions de travail dans les petites entreprises. Visitez ce site web de l’OIT.
  • Ressources d’ISEAL sur la durabilité pour les décideurs politiques : L’Alliance INSEAL est un mouvement de normes de durabilité et aide les gouvernements à développer des politiques commerciales durables et des programmes de soutien aux entreprises pour qu’elles s’engagent dans des systèmes de durabilité. Visitez le site web de l’ISEAL.
  • Le rapport de l’ITC intitulé Linking Voluntary Standards to Development Goals : Le Centre du commerce international (CCI) a élaboré un rapport qui peut aider les décideurs à identifier le rôle que les normes volontaires peuvent jouer pour faire progresser les objectifs de développement nationaux, tels que ceux liés aux Objectifs de développement durable (ODD). Lien vers ce rapport de l’ITC.
  • Cadre de la CNUCED pour la boîte à outils d’évaluation des normes volontaires de durabilité : La Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED) propose cette boîte à outils pour aider les processus d’élaboration des politiques visant à définir les motivations, les défis et les résultats liés à l’adoption et à l’utilisation des normes volontaires de durabilité. Visitez ce site de la CNUCED.
  • Les normes volontaires de durabilité liées à l’alimentation de l’UNFSS : Le Forum des Nations Unies sur les normes de durabilité (UNFSS) a élaboré ce guide politique en coordination avec d’autres agences afin de fournir des approches et des cadres politiques pour l’intégration des NVA dans les stratégies nationales de développement et la conformité réglementaire. Visitez ce site Web de l’UNFSS.
  • La base de données environnementales de l’OMC : L’Organisation mondiale du commerce (OMC) fournit une base de données qui contient toutes les notifications, mesures et politiques liées à l’environnement que les membres notifient à l’OMC. Visitez ce site web de l’OMC.
  • Cours d’apprentissage en ligne de l’OMC sur le commerce et l’environnement : L’OMC propose un cours qui explique les discussions de l’OMC sur le commerce et l’environnement et comment les règles de l’OMC s’entrecroisent avec les politiques environnementales. Visitez ce site web de l’OMC.

Où puis-je trouver des bonnes pratiques et des exemples nationaux ?

  • Compendium des meilleures pratiques de l’APEC : La Coopération économique Asie-Pacifique (APEC) a compilé les meilleures pratiques mondiales pour faciliter le SVC en tant qu’outil de développement du marché et du commerce aligné sur les Objectifs de développement durable. Visitez ce site web de l’APEC.
  • Potentiel d’exportation de la Communauté des Caraïbes (CARICOM) vers l’Union européenne : La CNUCED a réalisé une étude de faisabilité sur le potentiel que peut avoir le SSV pour améliorer les exportations de l’aquaculture et de l’agriculture de la CARICOM vers l’Union européenne. Visitez ce site de la CNUCED.
  • Utilisation des normes volontaires par les gouvernements : L’Alliance ISEAL a documenté des études de cas de collaborations de bonnes pratiques que les gouvernements du monde entier ont réalisées pour utiliser des normes volontaires afin d’atteindre des objectifs de politique publique. Visitez le site de l’Alliance ISEAL.