Menu

La politique de concurrence

Qu’est-ce que la politique de la concurrence ?

La politique de la concurrence comprend l’éventail complet des mesures qui peuvent être utilisées pour promouvoir des structures de marché concurrentielles et le comportement des entreprises, y compris, mais sans s’y limiter, une législation complète sur la concurrence traitant des pratiques anticoncurrentielles des entreprises.

Pourquoi la politique de la concurrence est-elle importante pour les MPME ?

Une politique de la concurrence bien conçue et bien mise en œuvre soutient des marchés efficaces et qui fonctionnent bien, profite aux consommateurs finaux et industriels et soutient l’innovation. Les pratiques anticoncurrentielles, si elles ne sont pas traitées, peuvent entraîner un développement économique plus lent, une mauvaise répartition des ressources, des prix plus élevés, une qualité de produit inférieure ou un choix limité pour les consommateurs. Pour prospérer, les micro, petites et moyennes entreprises (MPME) ont besoin d’un environnement concurrentiel dans lequel elles peuvent rivaliser sur les mérites et sans être traitées injustement par leurs fournisseurs, consommateurs ou concurrents. Un tel environnement incite les MPME à innover et à commercialiser de nouveaux biens ou services.

La politique de la concurrence concerne les MPME à la fois en tant qu’auteurs potentiels de pratiques anticoncurrentielles et en tant que victimes de telles pratiques. Pour éviter de devenir des auteurs d’infractions, les MPME doivent s’efforcer de respecter toute règle contraignante mettant en œuvre une politique de concurrence choisie (droit de la concurrence). Les violations du droit de la concurrence telles que le truquage des offres ou toute autre coordination anticoncurrentielle impliquant des concurrents ou des distributeurs peuvent exposer les MPME à des sanctions financières importantes. En tant que victimes de pratiques anticoncurrentielles, les MPME peuvent être chassées d’un marché, perdre des parts de marché ou être incapables d’entrer sur un nouveau marché, si ces pratiques ne sont pas contestées.

Quels problèmes peuvent surgir pour les MPME auteurs d’infractions au droit de la concurrence et quelles sont les options politiques possibles ?

  • Manque de sensibilisation de la part des MPME aux risques associés aux violations du droit de la concurrence
    • Entreprendre des campagnes gouvernementales ciblées pour éduquer les MPME sur leur exposition aux risques juridiques en vertu du droit de la concurrence.
  • Le droit de la concurrence est complexe et peut être difficile pour les MPME à naviguer avec compétence et confiance
    • Renforcer la clarté des aspects du droit de la concurrence qui concernent les MPME en publiant des lignes directrices de l’autorité de la concurrence pour renforcer la sécurité juridique sur ce que les PME sont ou ne sont pas autorisées à faire.
  • Diligence insuffisante des MPME pour prévenir les violations du droit de la concurrence
    • Promouvoir et encourager l’adoption et l’utilisation par les MPME de programmes de conformité pour se protéger contre les violations involontaires du droit de la concurrence.

Quels problèmes peuvent surgir pour les MPME victimes d’infractions au droit de la concurrence et quelles sont les options politiques possibles ?

  • Les entreprises dominantes peuvent abuser de leur position sur le marché pour désavantager les MPME (par exemple, en refusant de les approvisionner, en facturant des prix excessifs, en les boycottant, en entravant l’accès aux installations essentielles, etc.)
    • Interdiction aux entreprises d’abuser d’une position dominante.
  • Les accords anticoncurrentiels imposés par un fournisseur à ses concessionnaires (par exemple, les cartels verticaux prévoyant le maintien des prix de revente) ou conclus entre fournisseurs (par exemple, les cartels horizontaux de fixation des prix) peuvent empêcher les concessionnaires des MPME de concurrencer efficacement les autres concessionnaires ou les acheteurs des MPME d’être rentable
    • Interdire les accords anticoncurrentiels (cartels) entre entreprises.
    • Mise en garde : Il peut être approprié d’autoriser la coopération entre les MPME qui n’est pas anticoncurrentielle et de clarifier l’étendue autorisée de la coopération par le biais de lignes directrices appropriées. Les MPME peuvent avoir besoin de pouvoir conclure des accords de coopération avec d’autres MPME, par exemple, sur la recherche et le développement ou la distribution, pour être efficaces et compétitives.
  • Les fusions et acquisitions peuvent créer une position dominante d’une entreprise nouvellement créée ou renforcer une position dominante d’une entreprise existante au détriment des MPME opérant sur le même marché
    • Contrôler les fusions et acquisitions, y compris en les interdisant, le cas échéant, ou en les autorisant sous conditions.
  • Les MPME peuvent hésiter à contribuer à l’application du droit de la concurrence (par exemple en raison de craintes de représailles de la part d’entreprises se livrant à des comportements anticoncurrentiels, du manque de recours rapides et efficaces ou d’une expertise insuffisante en matière de droit de la concurrence)
    • Encourager l’application du droit de la concurrence par ou au nom des MPME en :
    • autoriser les rapports anonymes aux autorités de la concurrence sur les infractions présumées ;
    • prévoir la possibilité de demander des mesures provisoires urgentes pour éviter un préjudice grave et irréparable; et
    • aider les MPME à accéder à une expertise abordable en matière de droit de la concurrence (par exemple, auprès des autorités de la concurrence ou d’autres entités).

Où puis-je accéder aux ressources sur les cadres politiques et les lignes directrices ?

Les L’ensemble de principes des Nations Unies sur la concurrence est un ensemble d’instruments multilatéraux non contraignants énonçant des principes visant à, entre autres , parvenir à une plus grande efficacité dans le commerce international et le développement par la création, l’encouragement et la protection de la concurrence; contrôle de la concentration du capital et/ou du pouvoir économique ; et l’encouragement de l’innovation.

L’ ICC SME Toolkit développé par la Chambre de commerce internationale propose des outils pratiques pour les petites entreprises afin d’améliorer le respect du droit de la concurrence.

Le rapport de la CESAP sur le rôle de la politique de la concurrence dans le renforcement de l’environnement des affaires pour les MPME dans la région de l’ANASE examine les questions de politique et de droit de la concurrence pertinentes pour les MPME en Asie du Sud-Est et comprend des recommandations sur la manière dont la politique de la concurrence et la politique des MPME peuvent fonctionner ensemble au profit de ces entreprises. .

Le document d’orientation de l’APEC sur les PME, le droit de la concurrence et la croissance économique examine les fondements théoriques et empiriques des synergies entre les PME, le droit de la concurrence et la croissance économique, avec un accent particulier sur la région de l’APEC.

Competition Policy For Development: A Report On UNCTAD’s Capacity Building And Technical Assistance Programme met en lumière le mandat de la CNUCED en tant que point focal des discussions liées à la concurrence au sein du système des Nations Unies et met en lumière le travail de renforcement des capacités effectué par l’organisation.