Menu

Commerce transfrontalier sans papier

Qu’est-ce que le commerce transfrontalier sans papier ?

Le commerce sans papier désigne la numérisation des flux d’informations nécessaires au franchissement des frontières par les biens et les services. En abandonnant le papier et en optant pour des systèmes numériques, les gouvernements et les autres parties prenantes peuvent accélérer et faciliter les échanges (voir le guide sur la facilitation des échanges). Le commerce sans papier peut également présenter des avantages environnementaux considérables en évitant l’impression, l’envoi, le traitement, l’échange et la mise au rebut de grandes quantités de documents papier. Les systèmes commerciaux sans papier peuvent être de type B2B, B2G ou G2G et ont des objectifs variés (par exemple, déclarations douanières électroniques, systèmes de gestion portuaire électronique, guichets uniques électroniques).

Pourquoi le commerce transfrontalier sans papier est-il important pour les MPME?

Le commerce sans papier pourrait réduire considérablement les coûts commerciaux et représenter des économies importantes pour les commerçants, en particulier les MPME. Selon une étude menée par la Chambre de commerce internationale (CCI) et Coriolis Technology, la numérisation des documents transférables pourrait stimuler le commerce des MPME de 25 % et entraîner une amélioration de 35 % de l’efficacité des entreprises. Le commerce sans papier peut réduire la complexité en éliminant le besoin de copies du même document, ainsi qu’en rendant possible la transmission électronique et immédiate de ces mêmes documents. Tout cela peut réduire le temps et les efforts nécessaires, aidant ainsi tous les commerçants, en particulier les MPME, à gérer les procédures liées au commerce, telles que les demandes de financement du commerce et les opérations logistiques.

Quels sont les aspects juridiques et techniques à prendre en compte lors de la mise en place de systèmes de commerce transfrontalier sans papier ?

Les questions juridiques que les décideurs doivent prendre en compte lors de la mise en place de systèmes de commerce transfrontalier sans papier sont les suivantes :

  • Reconnaissance juridique des transactions et des documents électroniques : l’adoption d’un cadre juridique qui reconnaît les transactions et les documents électroniques comme équivalents à ceux basés sur le papier. La loi type de la CNUDCI sur les documents transférables électroniques (MLETR) fournit des orientations internationales utiles à cet égard.
  • Services de confiance : pour que les systèmes de commerce sans papier soient interopérables, ils doivent s’appuyer sur des mécanismes garantissant un alignement international sur ce qui constitue un service de confiance valide au-delà des frontières. Voir la loi type de la CNUDCI sur les signatures électroniques (MLES) pour des conseils sur cette question.
  • La gouvernance des données : Lorsque des documents et des informations sont échangés entre des utilisateurs utilisant des systèmes électroniques ou entre des systèmes électroniques, le système doit garantir la confidentialité (c’est-à-dire que les informations sont privées aux seules parties désignées des communications) et l’intégrité des données (c’est-à-dire que l’exactitude et la cohérence des données sont maintenues et assurées tout au long de leur cycle de vie).
  • Responsabilité et gestion des litiges : les parties commerciales et les autres entités concernées peuvent subir des pertes du fait de la transmission incorrecte ou de la réutilisation inappropriée des informations et peuvent demander une compensation pour ces pertes. Garantir l’accès à des recours civils pour de telles pertes et à des possibilités de règlement des litiges peut contribuer à renforcer la confiance dans les systèmes commerciaux sans papier, et donc favoriser leur adoption.

Outre le cadre juridique, les questions techniques à prendre en compte lors de la mise en place de systèmes de commerce transfrontalier sans papier comprennent l’identité numérique, les paiements électroniques, les modèles de données et la sémantique, les protocoles de communication, la connectivité et la sécurité des données. Une liste de normes pour le commerce transfrontalier sans papier, à laquelle on peut faire appel lors de la mise en place de tels systèmes, se trouve dans le kit de normes conjoint ICC-OMC pour le commerce transfrontalier sans papier.

Des conseils détaillés sur ces diverses questions juridiques et techniques sont fournis dans les documents suivants Boîte à outils pour le commerce transfrontalier sans papier élaborée par l’OMC en collaboration avec la Commission économique des Nations Unies pour l’Asie de l’Est et le Pacifique (CESAP) et la CNUDCI, ainsi que dans la guides et listes de contrôle de l’évaluation de l’état de préparation juridique et technique développé par l’UNESCAP.

Où puis-je accéder à des ressources sur les cadres politiques, les lignes directrices et les outils ?

  • Initiative sur les normes numériques de la CCI (DSI) : La Chambre de commerce internationale (CCI) a développé une initiative de normes numériques. Le site web de la DSI comprend une page pour les décideurs politiques avec desliens vers des informations relatives à l’adoption, des analyses économiques sur les avantages de la numérisation, et la législation relative à l’adoption du MLETR.
  • ITC-UNESCAP-UNNExT’s Making the WTO Trade Facilitation Agreement Work for SMEs : Le Centre du commerce international (CCI), la Commission économique des Nations Unies pour l’Asie de l’Est et le Pacifique (CESAP) et le Réseau d’experts des Nations Unies pour le commerce et le transport sans papier en Asie et dans le Pacifique (UNNExT) fournissent des conseils aux décideurs politiques pour intégrer les mesures sans papier et d’autres éléments de facilitation du commerce dans les stratégies visant à développer les petites et moyennes entreprises (PME). Visitez ce rapport ITC-UNESCAP-UNNExT.
  • Boîte à outils OMC-CESAP-CNUDCI pour le commerce transfrontalier sans papier : L’Organisation mondiale du commerce (OMC), en collaboration avec la CESAP et la CNUDCI, a élaboré une boîte à outils contenant des instruments techniques et juridiques auxquels on peut faire appel pour adopter des systèmes de commerce transfrontalier sans papier.
  • Le document du CEFACT-ONU sur le commerce sans papier : Le Centre des Nations Unies pour la facilitation du commerce et les transactions électroniques (CEFACT-ONU) propose un document d’orientation contenant des cadres, des études de cas et des ressources qui peuvent aider les décideurs à aligner les règles commerciales sur les tendances du commerce sans papier. Consultez ce rapport du CEFACT-ONU.
  • Guides de l’UNECE-UN/CEFACT sur le commerce sans papier : La Commission économique des Nations unies pour l’Europe (CEE-ONU) et le Centre des Nations unies pour la facilitation du commerce et les transactions électroniques (CEFACT-ONU) ont publié un certain nombre de documents et de guides sur le commerce sans papier, dont un guide sur le commerce électronique. Livre blanc 2018 sur le commerce sans papier, a feuille de route vers le commerce sans papieret facilitation des échanges et mise en œuvre du commerce sans papier.
  • Guide d’évaluation de l’état de préparation juridique de la CESAP : La CESAP a élaboré des guides d’évaluation de l’état de préparation juridique que les pays peuvent utiliser pour identifier les questions juridiques pertinentes pour le commerce transfrontalier sans papier. Visitez ce site web de l’UNESCAP.
  • Guide d’évaluation de l’état de préparation technique de la CESAP : La CESAP propose des guides d’évaluation de l’état de préparation technique que les pays peuvent utiliser pour aborder les questions techniques relatives à la mise en œuvre des systèmes de commerce électronique, à l’environnement sans papier et aux actions nécessaires pour faciliter l’échange transfrontalier de données commerciales sans papier. Visitez ce site web de l’UNESCAP.
  • Guide de l’OMD sur la dématérialisation et le traitement sans papier : L’Organisation mondiale des douanes (OMC) a élaboré des lignes directrices à l’intention des autorités douanières afin de soutenir l’utilisation de moyens électroniques pour la gestion des documents liés au commerce et de réduire les exigences relatives aux copies papier de ces documents. Consultez ce guide de l’OMD.

Où puis-je trouver des bonnes pratiques et des exemples nationaux ?

  • Guichet unique pour le commerce extérieur en Colombie : Une étude de cas sur les transactions commerciales : Le Centre du commerce international (CCI) a documenté l’expérience de la Colombie dans la mise en place d’un guichet unique national pour le commerce extérieur qui a permis aux entreprises de réaliser des transactions sans papier grâce aux technologies de l’information et de la communication. Visitez ce site web de l’ITC.
  • Le rapport régional de la CEE-ONU sur la facilitation du commerce et la mise en œuvre du commerce sans papier : La Commission des Nations Unies pour l’Europe (CEE-ONU) fournit un exemple d’examen des politiques régionales sur les meilleures pratiques et les possibilités de coopération pour l’adoption de mesures de commerce sans papier et d’autres interventions de facilitation du commerce. Consultez ce rapport de la CEE-ONU.
  • Évaluations de l’état de préparation au commerce transfrontalier sans papier de la CESAP : La Commission économique des Nations unies pour l’Asie de l’Est et le Pacifique propose des outils d’évaluation de l’état de préparation juridique et technique au commerce transfrontalier sans papier. Visitez ce site web de l’UNESCAP.