Menu

ACR et MPME

Quelle est l’importance des petites entreprises pour les négociations du CRT ?

Les petites entreprises constituent l’épine dorsale des économies en représentant la plupart des entreprises et des emplois dans le monde. Selon l’Organisation internationale du travail (OIT), les petites entreprises représentent environ 90 % de toutes les entreprises et 70 % de tous les emplois dans de nombreux pays du monde. Cependant, ces entreprises participent relativement moins au commerce international que les grandes entreprises. Pour combler cette lacune, les accords commerciaux régionaux (ACR) avec une langue pour les petites entreprises sont apparus comme un moyen de permettre aux petites entreprises de s’intégrer davantage dans les marchés régionaux et internationaux. La première référence aux petites entreprises dans un ACR notifié à l’OMC a été enregistrée dans l’accord UE – Pays et territoires d’outre-mer en 1971. Depuis lors, le nombre d’ACR comprenant au moins une disposition relative aux petites entreprises a augmenté pour atteindre aujourd’hui plus de la moitié de tous les ACR notifiés à l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

Comment les petites entreprises sont-elles incluses dans les ACR?

Les ACR contiennent des dispositions qui affectent le commerce des entreprises de toutes tailles. Au-delà des réductions tarifaires et de la normalisation des échanges, les ACR vont désormais plus loin pour inclure directement les petites entreprises avec des chapitres dédiés aux PME ou des dispositions spécifiques relatives aux petites entreprises dans des chapitres tels que l’investissement, le commerce électronique, la propriété intellectuelle, la concurrence, les marchés publics et la facilitation des échanges, entre autres. Selon les dernières informations disponibles dans la base de données de l’OMC sur le langage relatif aux MPME dans les accords commerciaux régionaux, les chapitres sur la coopération et les marchés publics sont ceux dans lesquels les ACR contiennent le plus de dispositions relatives aux petites entreprises. Un rapport du Secrétariat de l’OMC a révélé que plus de la moitié (53%) des ACR comportant des dispositions relatives aux petites entreprises contiennent une référence aux mécanismes de coopération visant à développer les capacités et la compétitivité des petites entreprises, ces mécanismes pouvant aller de l’adoption de ressources humaines et de technologies à des partenariats public-privé et à un meilleur accès au financement, à l’information et au soutien institutionnel.

Comment les ACR peuvent-ils avoir un impact sur les petites entreprises et le commerce?

Les ACR comportant des dispositions relatives aux petites entreprises offrent à ces dernières la possibilité de s’engager davantage dans le commerce régional et international en bénéficiant d’un accès préférentiel aux marchés et d’un meilleur soutien de la part des institutions des secteurs public et privé. Si la plupart des dispositions relatives aux petites entreprises se sont concentrées sur les moyens de coopération permettant de développer les capacités commerciales des petites entreprises, rien ne prouve que ces dernières soient conscientes de la manière dont elles peuvent bénéficier des ACR. Par exemple, l’Institut international du développement durable (IIDD) a constaté que le manque d’information était une pierre d’achoppement qui empêchait les petites entreprises d’Asie du Sud-Est de tirer pleinement parti des plus de 90 ACR conclus par l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ANASE) et ses États membres. Les coûts fixes élevés liés à l’utilisation des avantages tarifaires sont un autre facteur qui limite la capacité des petites entreprises à saisir les opportunités d’accès aux marchés par le biais des ACR. Une étude de la Banque interaméricaine de développement (BID) a souligné que les petites entreprises sont moins susceptibles d’utiliser les avantages conventionnels parce qu’elles sont confrontées à des coûts d’utilisation plus élevés que les grandes entreprises. Lorsque les grandes entreprises sont les moteurs des exportations nationales en raison de leur recours accru aux conditions préférentielles des ACR, les petites entreprises peuvent également être confrontées à des prix des facteurs plus élevés pour l’industrie. Pour que les petites entreprises soient sur un pied d’égalité, les décideurs doivent tenir compte de leurs besoins (voir le guide sur le principe « Think Small First ») dans les négociations d’ACR et concevoir des outils de soutien qui permettent aux petites entreprises de répondre aux exigences financières et de production pour profiter pleinement des avantages de l’ACR.

Où puis-je accéder à d’autres ressources sur les cadres politiques, les lignes directrices et les outils?

  • Perspectives de compétitivité des PME 2017 de l’ITC : Le Centre du commerce international (CCI) propose un rapport phare contenant des recherches et des analyses sur les mécanismes par lesquels les ACR soutiennent le commerce des petites entreprises et les principaux domaines dans lesquels les décideurs peuvent fournir une assistance technique. Consultez ce rapport de l’ITC.
  • Dispositions de l’OMC relatives aux MPME dans les accords commerciaux régionaux : L’OMC maintient une base de données des dispositions relatives aux micro, petites et moyennes entreprises (MPME) incluses dans tous les ACR notifiés à l’OMC par les membres. Visitez ce site web de l’OMC.
  • Les dispositions de l’OMC sur les petites et moyennes entreprises dans les accords commerciaux régionaux : L’OMC propose un document de travail qui examine, analyse et catégorise les différents types de dispositions des ACR sur les petites et moyennes entreprises (PME). Visitez le document de l’OMC.

Où puis-je trouver des bonnes pratiques et des exemples nationaux?

  • Avantages des accords commerciaux de l’UE pour les petites et moyennes entreprises : Le Parlement européen fournit un cadre et une évaluation de la sensibilisation des petites entreprises aux chapitres des ACR et aux avantages de ces derniers pour les petites entreprises. Visitez ce site du Parlement européen.
  • L’approche du Canada à l’égard des petites et moyennes entreprises et des accords de libre-échange : Le gouvernement du Canada applique une approche à deux volets pour intégrer les petites entreprises dans les ACR en formulant un chapitre consacré aux petites entreprises et en intégrant les questions relatives aux petites entreprises par le biais de dispositions relatives aux petites entreprises dans tous les chapitres des accords. Visitez ce site Web du Canada.
  • Guide commercial de l’ITC sur l’Accord de libre-échange continental africain : Le Centre du commerce international (CCI) propose un guide destiné aux petites entreprises afin de leur permettre de mieux comprendre les avantages qu’elles peuvent tirer de l’Accord de libre-échange continental africain. Visitez ce guide de l’ITC.
  • Les preuves de l’internationalisation des PME par les chaînes de valeur mondiales et les accords de libre-échange en Malaisie : L’Institut de la Banque asiatique de développement (ADBI) fournit une analyse des facteurs au niveau de l’entreprise qui poussent les entreprises à tirer parti des dispositions des ACR pour s’engager dans le commerce, et met en évidence les principaux domaines dans lesquels les décideurs politiques peuvent apporter un soutien aux petites entreprises. Visitez ce rapport de l’ADBI.
  • Les dispositions relatives aux MPME dans les accords commerciaux de l’OEA : L’Organisation des États américains (OEA) répertorie les dispositions relatives aux petites entreprises incluses dans les accords commerciaux régionaux adoptés par les pays des Amériques. Visitez ce site web de l’OEA.
  • Doing Business in Free Trade Areas » des Philippines : Les Philippines proposent un guide des affaires et des portails dédiés pour guider les petites entreprises à travers les opportunités que les entreprises peuvent explorer dans les zones de libre-échange. Visitez ce site web des Philippines.
  • Les nouveaux accords de libre-échange (ALE) de la Suisse : Opportunités en Asie, au Moyen-Orient et en Amérique pour les exportateurs suisses : La Suisse fournit des outils en ligne et permet aux petites entreprises d’explorer les possibilités offertes par les ACR et d’évaluer les avantages économiques potentiels de ces accords. Visitez le site web de la Suisse.
  • La représentation des intérêts des PME dans les accords de libre-échange : L’Observatoire de la politique commerciale du Royaume-Uni et la Fédération des petites entreprises proposent une étude avec des recommandations politiques pour permettre le commerce des petites entreprises par le biais de meilleures pratiques dans l’incorporation de dispositions sur les petites entreprises dans les ACR. Visitez le rapport UKTPO-FSB